Le torchon de la dernière chance

Je remercie l’association qui soutient la candidature de notre adversaire de poser les bonnes questions et de reconnaître les talents de celui que vous allez choisir dimanche pour être le maire de Carnoules.

Je respecte trop les Carnoulais  et Carnoulaises pour imaginer un instant qu’ils puissent être sensibles aux arguments qu’ils tentent de vous faire gober dans leur tract de la dernière chance : 2014 03 21 Tract CD

Au cours de la réunion publique de Monsieur Christian David d’hier, jeudi 20 mars, il m’a été rapporté que le maire sortant s’était mis à « déblatérer »  sur ma personne et celle d’un de mes colistiers.

Je n’en suis pas plus étonné que cela car c’est une des tactiques classiques datant du stalinisme qui fait partie des premiers cours de formation des communistes.

«  Calomnions, calomnions, il en restera toujours quelque chose ! »

Quand il s’agit de démolir, la faucille et le marteau ne leur suffisent pas, ils ont recours au marteau-piqueur.

Quant au soutien surprenant de Madame Baccino et aux propos qu’elle a tenu, ou bien elle a tourné casaque, ou bien elle a la mémoire courte, ou bien elle est ingrate ou encore plus hypocrite ou même menteuse que je l’imaginais.

Si j’avais le temps et l’envie de polémiquer, je mettrai en ligne les dizaines de mails et de fichiers qui mettent en évidence ma contribution à sa campagne de 2008. Je me contenterai d’une des nombreuses diapositives que je lui ai fabriquées et que j’ai projetées lors des réunions publiques à Pierrefeu, Cuers, Puget-Ville et Carnoules que j’ai animées avec elle, sans parler des kilomètres que j’ai parcourus avec elle au volant de mon quad à deux places pour distribuer ses tracts sur les marchés.

Véronique Baccino 2008

Notre campagne a été honnête, factuelle et objective. Nul ne peut nous reprocher d’avoir proposé le changement et d’avoir mis le doigt sur ce qui faisait mal.

Nous avons joué la transparence et notre site internet (www.carnoules-alternance.fr) en est la preuve incontestable. Nos adversaires n’avaient jamais été habitués à une telle force tranquille. Ils ont été déroutés et, comprenant qu’ils risquaient enfin d’être remplacés et que d’autres allaient mettre le nez dans leurs affaires, ils n’ont eu d’autre défense que de calomnier, de mentir, de dénigrer.

Nous n’avons aucune ambition de pouvoir, aucun intérêt personnel à être élus, si ce n’est pour redonner bénévolement à Carnoules la place que des dizaines d’années d’une gestion obscure et étriquée lui ont fait perdre sans pour autant protéger notre qualité de vie, notre attractivité et nos emplois.

Alors, chers amis et amies Carnoulais et Carnoulaises, ne vous laissez pas prendre aux aboiements de dernière heure.

Frédéric-Georges Roux, votre futur maire

 

Vous voulez que ça change ? Le 23 mars donnez de la     voix, ne vous abstenez pas !

VOTEZ, VOTEZ, VOTEZ… VOTEZ CARNOULES ALTERNANCE

 

 

Calomniez , calomniez

 

.

Quand le chameau blatère, l’ancien maire déblatère

J’ai appris qu’au cours de la dernière réunion publique de Monsieur Christian David (hier jeudi 20 mars), l’ancien maire s’était mis à « déblatérer » (1) sur ma personne et celle d’un de mes colistiers.Chameau

Je n’en suis pas plus étonné que cela car c’est une des tactiques classiques datant du stalinisme qui fait partie des premiers cours de formation des communistes.

«  Calomnions, calomnions, il en restera toujours quelque chose ! »

Quand il s’agit de démolir, la faucille et le marteau ne leur suffisent pas, ils ont recours au marteau-piqueur.

Quant au soutien surprenant de Madame Baccino et aux propos qu’elle a tenu, ou bien elle a tourné casaque, ou bien elle a la mémoire courte, ou bien elle est ingrate ou encore plus hypocrite ou même menteuse que je l’imaginais.

Si j’avais le temps et l’envie de polémiquer, je mettrai en ligne les dizaines de mails et de fichiers qui mettent en évidence ma contribution à sa campagne de 2008.

Je me contenterai d’une des nombreuses diapositives que je lui ai fabriquées et que j’ai projeté lors des réunions publiques à Pierrefeu, Cuers, Puget-Ville et Carnoules que j’ai animées avec elle.

Véronique Baccino 2008

 

(1) déblatérer (verbe intransitif du premier groupe) : parler fort, longtemps et avec violence ou véhémence contre ou sur quelqu’un. À ne pas confondre avec le cri du chameau qui « blatère », quoique !

Le COF rage ! Une réponse s’impose « Laisse béton »

2014 03 19 COF en colère

Le COF en colère

2014 03 19 Tract COF rectoHier mercredi, le COF était en colère et distribuait devant la salle Daumier où je tenais ma dernière réunion publique, un tract s’indignant de l’article de Var Matin du 15 mars 2014, 2014 03 15 Cirquesigné du correspondant local,  qui annonçait le Carnaval dans des termes qui n’avaient rien d’une critique, bien au contraire.

Au dos de ce tract on pouvait trouver un cou2014 03 19 Tract COF versorrier de Monsieur Céze adressée à l’adjointe du chef d’agence de l’antenne hyéroise du quotidien pour se plaindre, sans le nommer, de Monsieur André Malahieude, en demandant un « droit de réponse » qui a lui a été accordé.

Vérité ou erreur ?

Le compte-rendu de la délibération du conseil municipal du 24 février 2014, auquel j’ai assisté, est public.

2014 02 24 Subvention

Aux dires de Monsieur Jaca, la subvention de 15.000 € sollicitée et accordée à l’unanimité concerne les manifestations du 1er semestre, dont fait partie le carnaval. Sachant que dans les années passées, le COF avait sollicité et obtenu des subventions de l’ordre de 20.000 € pour l’année, il me semble excessif d’avoir écrit qu’il s’agissait « d’un coup de pouce ».

Fallait-il pour autant en faire un drame d’une telle ampleur ?

En introduction de mon discours lors de la réunion qui a suivi, j’ai tout d’abord rappelé que j’avais pris connaissance de l’article incriminé comme tout le monde, en lisant le journal, que la Presse était libre (loi de juillet 1881) et que je n’avais eu aucune influence sur le contenu de cet article. Tout au plus, ayant assisté la semaine précédente à une vive altercation au cours de laquelle le président du COF a expulsé André Malahieude, sous prétexte qu’il était journaliste et candidat dans une liste autre que la sienne, je lui ai demandé, au cas où il ferait un article annonçant le carnaval, de veiller à être positif, ce que je considère qu’il a été, respectueux des principes de déontologie de sa profession..

J’ai ensuite lu le texte suivant que je n’avais pas préparé pour cette occasion mais qui, étant en cours d’impression, me semblait opportun :

Nous nous réjouissons du programme exceptionnel offert gratuitement cette année par le Comité des Fêtes (COF) aux enfants de Carnoules à l’occasion du Carnaval. Cependant il n’a échappé à personne que la liste Objectif 2020 est composée principalement, disons même presque en totalité, de candidats, nouveaux ou sortants, issus du milieu associatif et notamment du COF ou d’associations très impliquées dans les festivités carnavalières.

Fallait-il « friser le conflit d’intérêt » en fixant la date en pleine campagne électorale et profiter de cette « fin de règne » pour mettre les petits plats dans les grands en se faisant, en plus, voter le mardi 24 février par le Conseil Municipal une subvention immédiate de 15 000 €, sans attendre le vote du budget qui reviendra en avril à la future équipe qui sortira des urnes ?

Il eut été honnête, sauf vouloir prendre le risque d’influencer le résultat du scrutin,
de repousser cette manifestation festive, et surtout exceptionnellement grandiose, après les élections.

Nous tenons cependant à les féliciter pour la qualité de leurs idées, l’énergie déployée par leurs membres bénévoles, leur capacité à entraîner d’autres associations dans leurs projets et à leur assurer que nous ferons tout ce qui sera en notre pouvoir demain pour que toutes ces associations puissent continuer et prospérer.

2014 03 01 Tract 02En relisant l’un des tracts de Christian David, celui au dos duquel figurent les photos des membres de sa liste, il est incontestable que nombreux sont ses colistiers qui se réclament du COF : Jean-Marie Dumaine, Françoise Béguin, Alain Jaca, Michèle Sellier, Sauveur Félé, Miguel Martin, Philippe Videcoq, Albert Massiani, Denis Papazian… (5 sur 9 sont des élus sortants).

PCéze et Davideut-on dire que la COF est « apolitique » quand son président remet lors du carnaval au maire le cadeau du COF où figurent de manière aussi ostensible une faucille et un marteau : Bravo l’artiste !

Les Carnoulettes ont la mémoire courte

Simultanément à cette manifestation du « COF en colère », l’assoc2014 03 19 Carnoulettesiation des Carnoulettes, qui se prétend « apolitique » s’était jointe au COF en affichant une lettre pour le moins « apolitique » me mettant en cause.

Et que me reprochent-elles ces majorettes masculines ? De ne pas avoir sollicité leur autorisation pour citer le nom de leur association dans la liste des sujets où je me suis impliqué bénévolement depuis plusieurs années.

Puis-je reprocher à leur récent président, qui arborait d’ailleurs le tee-shirt du COF, d’avoir la mémoire courte :

Qui tractait leur char en 2009 ?carnaval 2009 003

Chez qui se sont-elles parfois entraînées en 2010 ?IMGP2915

Et qui, cette même année a fabriqué les lances de leurs costumes de papous que mon épouse a fabriqués pour le 856161_10200755995483173_1167493215_o[1]défilé du carnaval ?

Quel véhicule tractait, une fois P1030812encore en 2011, le char des Romains dont les costumes avaient également été réalisés par mon épouse ?

Et que sait-il de la façon dont Michèle et moi partageons nos activités bénévoles dans l’intimité de notre domicile ? Nous aurait-il mis sur écoute ou aurait-il placé des caméras dans la pièce où ces costumes ont été conçus ? À moins qu’il n’ait une arrière-pensée obscure en tentant de créer une zizanie dans notre couple ?

Au passage, le trésorier de leur association m’a affirmé ne pas être au courant de ce pamphlet pourtant signé « Les Carnoulettes ». Était-ce donc une initiative individuelle ?

Dans son dernier tract, Christian David affirmait :

Extrait tract David

Je n’ai aujourd’hui plus aucun doute : ils savent de quoi ils parlent et ce que signifient ces mots.

Au passage, que veut dire « liste d’opposition » ? Que je sache, ils n’ont pas encore été élus. En quel honneur peuvent-ils prétendre être « la majorité ».

Amicalement et que le meilleur gagne.

Frédéric-Georges Roux

Je suis d’accord avec Henri Cèze

2014 03 08 Bilan p01Les élus sortants viennent de distribuer dans les boîtes à lettres une brochure de 28 pages présentant le bilan de leur mandature.

Ce document tout à la gloire de l’équipe sortante, dont plus de la moitié sont à nouveau candidats, 2014 03 10 Signature HCétait accompagné d’un courrier apparemment signé de Monsieur Henri Cèze (certains doutent de l’authenticité de la signature), dont l’avant dernier paragraphe a soulevé de nombreuses émotions.

« Les qualités et compétences de Christian David, pour importantes qu’elles soient, resteraient bien insuffisantes pour réaliser un bon mandat, s’il se retrouvait à la tête d’une liste faite de bric et de broc, composée d’incompétents, de laxistes et de gens venus là pour « paraître ».

Je tiens à confirmer mon plus profond respect pour l’équipe de Christian David et je m’insurge contre les mauvaises langues et personnes mal intentionnées qui font courir le bruit que les 22 colistiers de mon adversaire seraient tous « incompétents, laxistes ou venus là pour paraître. »

Et même si c’était le cas, je me refuserai par principe à insulter de cette façon des citoyens qui ont le courage de solliciter les suffrages des électeurs et dont plus de la moitié ont, depuis tant d’années, tenu les manettes de la Commune.

Je ne peux que croire sur parole le Maire sortant quand il affirme que Christian David et son équipe seraient, eux aussi « tout à fait aptes et décidés à accomplir un excellent mandat. »

Frédéric-Georges Roux 

Une deuxième casserole rejoint la batterie

Casserole n°2 : Mon fils est « scientologue » et je serais un « haut dirigeant de la secte criminelle »

Casserole ÉricLa première proposition est vraie : mon deuxième fils, Éric, né en 1972, qui a été élevé par sa mère, ma première épouse, est non seulement scientologue mais il est notamment porte parole en France de l’Église de Scientologie.

Et alors ?

Je ne suis responsable ni des convictions religieuses ni des engagements d’un fils, marié, qui a aujourd’hui plus de 42 ans et avec lequel j’ai toujours entretenu des relations exceptionnelles.

La deuxième proposition est non seulement fausse, elle est mensongère et diffamatoire et j’ai porté plainte pour diffamation.

Je n’ai jamais été, je ne suis pas et je ne serai jamais adepte de la Scientologie.

En juillet 2013, Richard, fils de mon épouse Michèle, m’a alerté en me signalant l’existence d’une page web d’un site anti-scientologie qui m’était consacrée avec photos, adresse privée et numéro de téléphone portable à la clé, avec comme sous-titre : Frédéric-Georges Roux, cadre dirigeant de la secte criminelle.

Après avoir réussi, non sans mal, à dénicher l’adresse mail du webmaster de ce site, je lui ai demandé fermement, avec preuves à l’appui, de retirer cette page mensongère et diffamatoire de son site. J’ai reçu en retour des fins de non recevoir injurieuses.

J’ai porté plainte pour diffamation auprès du Tribunal de Toulon.

Mais la Justice Française a souvent des lenteurs et des pratiques incompatibles avec Internet et le seul résultat tangible à ce jour est que je ne serai plus « Dirigeant de la secte criminelle » mais seulement « proche d’elle et soutien de son fils Éric » avec lequel, je le redis, j’ai toujours entretenu des relations franches, ouvertes et sans le moindre problème, ce que j’ai exprimé dans une vidéo dont tout un chacun peut prendre connaissance et se faire une opinion sur les propos que j’y tiens. Cliquez ici.

Que penser de la morale : « Si tu ne veux pas qu’on t’accroche une casserole, alors évite de faire des enfants » ?

Recette pour récurer les casseroles

C’était prévisible. Trainer une casserole

Les bruits et rumeurs commencent à circuler : Frédéric-Georges Roux traine de sacrées casseroles.

JustMarriedTLes casseroles

Traîner une casserole

Il est d’usage, parait-il, dans une campagne électorale, de mettre en lumière toutes les horreurs cachées des candidats. Certains disent que c’est de bonne guerre.

C’était un jeu, dans nos campagnes, pour certains chenapans d’attacher des vieilles casseroles soit derrière une voiture soit à la queue d’un chien. Cette action ne visait qu’à faire du bruit.

Faut-il anticiper les casseroles ?

C’est l’option que j’ai choisie : mettre les casseroles qu’on risque de m’attacher sur la table et les passer au tampon Jex pour éviter que la pourriture ne s’y attache.

J’ignore quel est votre intérêt pour les rumeurs et autres vilénies que de petits adversaires mal intentionnés se plaisent à colporter avec l’intention de nuire à la liste Carnoules Alternance en jetant l’opprobre sur celui qui la conduit, mais, je vous invite à prendre connaissance des commentaires que je livre à votre jugement. Je suis certain que vous comprendrez que ces casseroles ne sont en fait que des « poêles à gratter ».

Première casserole : J’ai été condamné pour « délit d’initié ».

Ce n’est pas faux, mais laissez-moi sourire et remettre les choses à leurs justes proportions.

Tout d’abord, il s’agit seulement d’une « sanction » de la Commission de l’Autorité des Marchés Financiers et non d’une condamnation judiciaire.

Ensuite, pourquoi n’ai-je pas fait appel, ce qui m’aurait permis d’être « blanchi » ?

Pour des raisons faciles à comprendre, alors que je n’étais « condamné » qu’à une amende symbolique d’un montant de 1 000 € (c’est vrai que c’est une somme importante mais il faut relativiser : les autres co-impliqués s’étaient vus sanctionnés par des amendes allant de 50 000 à 400 000 € et, au demeurant, 3 d’entre eux ont été blanchis en appel), je n’ai pas jugé économiquement raisonnable de faire appel de cette décision et d’engager des frais disproportionnés avec cette somme pour chercher à faire annuler à bon droit cette sanction.

Les faits parlent d’eux mêmes.

Retiré à Carnoules depuis 1998, j’avais continué à avoir une activité de conseil à temps partiel auprès de GFI Informatique (mon ancienne société dont j’avais été un des dirigeants depuis 1983) rémunérée par un salaire mensuel brut d’environ 1 300 €.

Fin octobre 2004, j’ai participé, dans un hôtel parisien, à une réunion du Comité de Direction au cours de laquelle (pendant que je m’étais absenté près d’une heure pour obtenir de l’hôtel un vidéoprojecteur) il aurait été discuté des résultats financiers devant être publiés quelques jours après. De retour à Carnoules par le TGV du soir, j’ai appris que mon épouse avait, conformément à ce que nous avions décidé deux jours avant, vendu 5 000 actions GFI que je possédais encore depuis 10 ans pour boucler notre budget et partir 8 jours en vacances.

Mal m’en avait pris car cinq des dirigeants présents lors de cette réunion et qui, eux, parait-il, auraient appris que les résultats étaient suffisamment mauvais pour que le cours des actions risque de baisser le jour de l’annonce, ont vendu respectivement 120 400, 92 329, 79 992, 61 941 et 30 214 de ces mêmes actions !!!

GFI Informatique étant une société cotée en Bourse, si les faits étaient avérés, ils étaient potentiellement passibles de sanctions pour avoir commis un « délit d’initié ».

Nous sommes tous passés ensemble devant la Commission des sanctions de l’AMF qui, après nous avoir entendus, a prononcé en première instance des peines d’amende.

Mes « co-accusés », chacun défendu par un avocat, ont été condamnés respectivement à des amendes de 400 000, 300 000, 100 000 et 50 000 €.

En dépit des faits qui plaidaient pour mon ignorance de cette information, mon absence n’ayant pas été contestée, j’ai quand même été condamné à une amende, certes symbolique, de 1 000 €.

Compte tenu du montant élevé de leur amende, mes 4 « co-accusés » ont fait appel de cette décision. Devant la modicité de la somme qui m’était réclamée, et ayant d’ailleurs assuré moi même ma défense sans recourir à un avocat, j’ai bien évidemment, et en toute bonne foi, renoncé à faire appel. J’ai payé cette amende et la décision de l’AMF est resté publiée sur Internet avec mon nom en clair; alors qu’ayant été blanchis en appel, 3 des « co-accusés » ont vu leur nom effacé et remplacé par les lettres B, C et D dans le jugement initial disponible sur Internet. (Cliquez ici pour le télécharger)

J’adore ceux qui profitent de cette « casserole » digne d’une dinette de poupée pour tenter de me faire passer pour le pire des criminels et jeter le doute sur mon honnêteté. Je les assure que je n’ai pas l’intention de fouiller dans leur passé à seule fin d’y déterrer des cadavres qui pourraient, mais je n’en sais rien, être peut-être plus nauséabonds. La guerre contre les pollutions olfactives de l’usine de l’équarrissage me suffit largement.

Conclusion

Si tu ne veux pas être la cible de tes ennemis, il vaut mieux :n’avoir ni patron, ni collègues

La morale de cette histoire est surtout : « Si tu ne veux pas avoir de casseroles, alors apprends à manger froid avec tes doigts »

Frédéric-Georges Roux