Pourquoi changer ?

Une ère nouvelle

Carnoules a connu deux maires depuis 55 ans : Paul Cèze (1959-1971) puis Henri Cèze depuis 1971, qui a décidé de ne pas se représenter.

Pendant ces longues années, les choses qui nous entourent ont bien changé. Notre environnement a évolué plus vite et même beaucoup plus vite que les équipes municipales qui se sont succédées derrière le noyau dur qui est aux commandes de la commune depuis longtemps.

Le contexte n’est plus celui de l’après-guerre, ni celui des 30 glorieuses, ni même celui de la crise de 2008.

Nous sommes désormais entrés dans une ère difficile et durable qui exige une vision nouvelle et un autre type de comportements.

Je me limiterai à trois réflexions.

1 – Carnoules : un handicap d’image

Carnoules a souffert de sa couleur politique au sein d’un département dont la majorité des élus ne partageait pas les mêmes orientations politiques. L’équipe actuelle aura beau dire et aura beau faire, il est des choses qui collent à la peau.

Les récentes élections (présidentielles et législatives de 2012) ont mis en évidence que la majorité des Carnoulais et Carnoulaises, de même que les habitants des communes voisines, penchait dans une autre direction.

En votant Carnoules Alternance, la nouvelle municipalité, sans étiquette (c’est à dire dont le maire, les adjoints et les conseillers municipaux sont indépendants de tout parti politique, mais partagent les valeurs républicaines et orientations politiques de leurs voisins), sera une garantie permettant à Carnoules de sortir de son handicap.

2 – Carnoules : l’opacité d’une oligarchie de fait

La gestion de Carnoules manque de transparence. Il suffit d’assister à une réunion publique du Conseil Municipal actuel pour comprendre que tout a été décidé avant par quelques uns et constater que les motions, souvent laconiques et dont il est exclu d’avoir ni les détails ni les tenants et aboutissants, sont votées à l’unanimité par des inconditionnels silencieux.

On peut certes constater la « solidarité municipale », mais on peut surtout regretter l’absence d’information et d’écoute des citoyens du village.

Une oligarchie est une forme de  « gouvernement » où le pouvoir est réservé à un petit groupe de personnes. La municipalité de Carnoules est une « oligarchie de fait » car, bien que constitutionnellement et démocratiquement ouverte à tous les citoyens, le pouvoir a été confisqué depuis des années par quelques-uns.

Ils prétendent vous entendre, mais ils ne vous écoutent pas !
Ils prétendent vous voir, mais ils ne vous regardent pas !
Ils prétendent vous informer, mais ils ne vous disent rien ! 

Carnoules Alternance s’engage à mettre en œuvre une nouvelle démarche, participative et transparente, ouverte aux citoyens qui voudront contribuer aux études et aux décisions.

3 – Des enjeux qui dépassent la commune

Les enjeux auxquels nous devrons répondre demain sont non seulement au niveau de la commune, mais il nous faudra également poursuivre notre intégration au sein de la communauté Cœur du Var, au sein du Département, de la Région avec des mutations à anticiper, à négocier, à gérer.

Pour que Carnoules soit écouté et ait l’influence qu’il mérite, il vous faut élire un  maire et des adjoints dotés de la dimension et de l’envergure qu’il convient.