Quand le chameau blatère, l’ancien maire déblatère

J’ai appris qu’au cours de la dernière réunion publique de Monsieur Christian David (hier jeudi 20 mars), l’ancien maire s’était mis à « déblatérer » (1) sur ma personne et celle d’un de mes colistiers.Chameau

Je n’en suis pas plus étonné que cela car c’est une des tactiques classiques datant du stalinisme qui fait partie des premiers cours de formation des communistes.

«  Calomnions, calomnions, il en restera toujours quelque chose ! »

Quand il s’agit de démolir, la faucille et le marteau ne leur suffisent pas, ils ont recours au marteau-piqueur.

Quant au soutien surprenant de Madame Baccino et aux propos qu’elle a tenu, ou bien elle a tourné casaque, ou bien elle a la mémoire courte, ou bien elle est ingrate ou encore plus hypocrite ou même menteuse que je l’imaginais.

Si j’avais le temps et l’envie de polémiquer, je mettrai en ligne les dizaines de mails et de fichiers qui mettent en évidence ma contribution à sa campagne de 2008.

Je me contenterai d’une des nombreuses diapositives que je lui ai fabriquées et que j’ai projeté lors des réunions publiques à Pierrefeu, Cuers, Puget-Ville et Carnoules que j’ai animées avec elle.

Véronique Baccino 2008

 

(1) déblatérer (verbe intransitif du premier groupe) : parler fort, longtemps et avec violence ou véhémence contre ou sur quelqu’un. À ne pas confondre avec le cri du chameau qui « blatère », quoique !